Langue

  • Français

Comment tirer profit de la tendance BYOD?

Comment tirer profit de la tendance BYOD?

Vous voulez augmenter la productivité et la satisfaction de vos employés ? Laissez-les utiliser leurs appareils personnels au travail !

Si vos employés devaient choisir entre leur téléphone intelligent ou leur tasse de café matinale, que prendraient-ils ? Selon un sondage d’IBM, 83 % opteraient pour leur appareil plutôt que pour leur dose quotidienne de caféine !

L’attachement des travailleurs à leur téléphone intelligent est tel que plusieurs le préfèrent à celui fourni par leur employeur. Certains ne jurent que par Android ou Apple et sont agacés de devoir changer d’écosystème au boulot. D’autres veulent le modèle dernier cri plutôt que celui, moins récent, de l’entreprise. Sans parler du désagrément de traîner constamment deux appareils sur soi — un personnel et un professionnel.

Résultat : de plus en plus d’employés préfèrent utiliser leurs propres bidules au travail. Non seulement leur téléphone, mais aussi leur tablette, leur ordinateur portable et même leurs applications favorites ! Une pratique qui, en anglais, porte le nom de bring your own device (BYOD).

BYOD en français

Les termes prenez vos appareils personnels et apportez vos appareils personnels, de même que l’abréviation PAP, ont été proposés par l’Office québécois de la langue française en 2012 pour désigner ce concept.

Grand Dictionnaire Terminologique

Un sondage de la firme de recherche IDC révèle que 73 % des entreprises canadiennes permettent à leurs employés d’utiliser leur téléphone intelligent personnel au travail, et 58 % leur tablette. Selon IDC, ces deux statistiques ne feront que croître au cours des prochaines années.

Même si votre entreprise n’a pas de politique BYOD, il est fort probable que vos employés prennent déjà des appels professionnels sur leur téléphone intelligent, présentent des produits à des clients sur leur tablette ou modifient des fichiers Excel sur leur ordinateur portable. Résister à ce phénomène s’avère difficile, voire impossible pour un employeur. À l’inverse, un encadrement réfléchi maximisera les nombreux avantages du BYOD tout en diminuant les risques.

Des employés plus productifs

Si vous craignez qu’une politique BYOD incite vos employés à jouer à Candy Crush ou à surfer sur Facebook, détrompez-vous ! Selon IDC, la grande majorité des appareils personnels au travail servent à accéder à des applications fournies par l’employeur, tels des logiciels de vente ou de suivi des dépenses, et augmentent la productivité.

Cela peut sembler contre-intuitif, mais pensez-y. Une personne qui écoute des films tous les soirs sur sa tablette est assurément à l’aise avec cet outil. Si on lui permet de l’utiliser au bureau, elle sera plus efficace qu’avec un modèle qui lui est moins familier.

Mieux encore, le cycle de consommation des particuliers est généralement plus rapide que celui des entreprises. Nombre de personnes semblent même changer de téléphone aussi souvent que de chemise ! Un employeur ayant implanté une politique BYOD peut donc profiter de la puissance et de la rapidité des appareils plus récents de ses travailleurs.

N’imaginez pas toutefois que cette pratique réduira radicalement vos dépenses en matériel informatique. La Loi sur les normes du travail interdit de refiler aux employés des frais inhérents au fonctionnement d’une entreprise. Un employeur qui imposerait d’apporter ses appareils personnels devrait ainsi rembourser les coûts liés à leur utilisation.

Une bonne politique BYOD permet plutôt à ses travailleurs de choisir entre leurs outils et ceux fournis par l’entreprise. Les personnes qui optent pour la première solution sont alors tenues d’en assumer les frais.

Notez que des investissements seront peut-être nécessaires afin que vos applications soient compatibles avec les systèmes d’opération favoris de vos employés ou pour acheter de nouvelles licences de logiciels. La charge de travail de votre équipe TI peut également augmenter, d’où l’intérêt d’aller chercher de l’aide à l’externe.

Des employés plus heureux

La firme de recherche IDC estime que plus de 70 % des employés canadiens sont mobiles. Plutôt que d’être assis à leur bureau de 9 h à 17 h, ils rencontrent des clients, participent à des formations, donnent des conférences ou travaillent depuis la maison parce que le petit dernier est malade.

Dans cette nouvelle réalité du marché du travail, le mur séparant la vie personnelle de la vie professionnelle est de plus en plus mince. Permettre l’utilisation de ses propres appareils peut alors devenir un atout pour attirer des travailleurs compétents.

Selon un sondage de la firme d’infonuagique Nasstar, les entreprises ayant une politique BYOD sont en effet perçues comme étant plus attrayantes et conciliantes. Un cadre s’est même dit surpris de constater qu’un geste « aussi simple » avait « gonflé le moral » de son équipe.

Si vos applications d’entreprise sont accessibles à l’extérieur du bureau, vous aussi serez étonné de voir vos employés répondre à des courriels ou avancer des dossiers en dehors des heures habituelles de travail.

Flexibilité ou sécurité ?

La sécurité informatique est cependant un défi constant pour tout dirigeant, et le BYOD soulève de nombreuses inquiétudes.

Qu’advient-il des données stockées sur l’ordinateur portable d’une personne qui quitte son emploi ? Que faire si un travailleur égare son téléphone intelligent dans un bar ? Que se passe-t-il si une tablette est vendue à un inconnu sans que le contenu confidentiel qui s’y trouve soit effacé ? Un pirate qui compromet un appareil individuel pourra-t-il s’infiltrer dans le réseau de la compagnie ?

Ces craintes, légitimes, ont poussé plusieurs entreprises à rejeter le BYOD du revers de la main lors de son émergence en 2009. Des solutions sont toutefois apparues sur le marché depuis pour concilier flexibilité et sécurité.

Plusieurs applications permettent notamment de gérer à distance les permissions, les mots de passe et les données des appareils personnels de vos employés. En cas de perte ou de vol, votre équipe technique ou votre fournisseur de services peut même localiser l’appareil grâce à la fonction GPS ou encore supprimer la totalité de son contenu à distance.

Cela dit, si les risques sont réels, ils sont gérables. Ils ne devraient surtout pas faire perdre de vue les multiples avantages, pour votre entreprise, d’instaurer dès aujourd’hui une politique BYOD à la fois sécuritaire et ouverte sur l’avenir…

Comments are closed.